On n’a plus le droit d’être normaux

En écoutant du rap, tout à l’heure, j’ai eu une prise de conscience encore plus forte que celle que j’ai déjà eu il y a quelque temps : nous n’avons plus le droit d’être normaux. Avoir une belle vie de nos jours passe par la réussite. Mais la réussite ne vaut rien, puisqu’elle n’est basée sur rien.
Nous avons maintenant besoin de nous définir, parce qu’être nous ne suffit plus. C’est comme si nous n’existions pas jusqu’à ce qu’on décide de devenir quelqu’un.
Arrêtons un peu tous ces stéréotypes : nous sommes. Et c’est bien suffisant.
Alors oui, il est devenu populaire de suivre des modes absurdes. Des modes qui veulent qu’on soit bien foutus, qu’on ai un style vestimentaire défini, qu’on ai une maison identique à celles que l’on trouve sur Pinterest, et même nos propres goûts sont dictés par la société qui nous entoure. Allez dans 10 maisons : 8 seront quasiment identiques, les personnes qui y vivent aussi.
Parce que maintenant, être «normal» c’est devenu être «spécial». Il faut absolument savoir faire quelque chose d’extraordinaire qui nous permettra de réussir dans la vie. Et si on ne sait pas le faire, et bien on inventera, on chantera des chansons qui ne parlent de rien, on s’illusionnera sur nos propres compétences.
Il n’est plus concevable dans ce monde d’être juste une femme, banale. De naître, de vivre l’enfance, de devenir adulte, d’avoir un mari, des enfants, un travail, puis de mourir en laissant derrière soi une belle famille bien éduquée. Maintenant il faut que les gens soient fiers de nous. Nous vivons pour les autres, et plus pour nous. Nous nous oublions au fur et à mesure que le temps passe. Comme si le jour de notre mort c’est ce que les gens ont pensé de nous durant notre vie qui définira à quel point on a été heureux, comme si c’est les autres qui jugeront si oui ou non on peut aller au paradis, si oui ou non on a eu une belle vie.
Puis j’ai parlé avec ma grand-mère. On a parlé de toutes ces choses qu’elle trouve absurdes. Le fait que les études et que la culture soient devenus secondaires est la plus grosse des sidérations de ce monde.
Les gens ont besoin d’avoir un but dans leur vie, comme si le simple fait de vivre ne suffisait pas. Moi j’en ai marre de devoir trouver un but à ma vie. J’en ai marre d’entendre des chansons pessimistes faites par des rappeurs qui n’ont pas de paroles et qui se contentent de dire qu’ils n’ont envie de rien. Trop de gens brassent de l’air pour rien, remuent du vide et en créent un contenu. Trop de choses sont inutiles dans ce monde, trop de produits identiques, de gens similaires. On ne cherche plus l’essentiel pour vivre, on cherche le meilleur en tout pour exceller. Mais l’excellence n’apporte rien, et l’excellence ne sera pas enterrée avec nous.
Est-il nécessaire de se plaindre ? Est-il nécessaire de toujours essayer de tout comprendre ? Notre société est bien étrange, oui. Mais si elle l’est, c’est parce que personne n’arrive plus à se contenter de ce qu’il possède.
On se plaint à longueur de journée d’être fainéants, de vouloir faire des choses mais de ne jamais le faire, on se plaint d’un trop plein de racisme, de haine, d’incompréhension. Les jeunes eux-même se plaignent de vivre dans un monde dans lequel cohabitent trop d’incultes, mais ils créent ce manque de culture. Ils créent cette intolérance, ce racisme, ce pessimisme.
Commençons par croire en nous, commençons par nous regarder réellement en face, les yeux dans les yeux, et par agir avant de critiquer les autres.
Il y a trop de racisme ? Et bien au lieu de vous en plaindre rendez-vous dans une association qui lutte contre ça.
Il y a trop de pollution ? Au lieu de le constater et de blâmer les politiques commencez par faire un tri, par consommer raisonnablement.
Il y a trop d’émissions stupides à la télévision ? Éteignez votre télé au lieu de rester cloîtrer devant comme un imbécile heureux et ouvrez un livre.

Le monde est étrange, oui. Mais si le monde est étrange, c’est que le monde est fait de beaux parleurs et non de bels-acteurs.
Ne vous laissez pas influencer par tout ce pessimisme qui grouille autour de nous. Agissez au lieu de parler, changez les choses au lieu de vous plaindre, osez dire haut et fort ce que vous avez sur le cœur, et peut-être que les choses commenceront par s’améliorer. La société n’est pas devenue ce qu’elle est d’un jour à l’autre. La société s’est transformée par le comportement des gens qui l’anime, qui la font vivre.

Soyons un peu moins futiles, soyons un peu plus intelligents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s